regression socialeLe mouvement de Macron est arrivé largement en tête du premier tour des législatives et il est assuré d’une majorité écrasante à l’Assemblée – plus de 400 sièges sur 577 – dont il va se servir pour tenter de casser les droits sociaux et démocratiques des travailleurs et de la population… avec l’appoint des députés de droite et de ce qu’il reste du PS, tous prêts à « faire réussir la France » comme ils disent !

Un profond désaveu

Plus de 51 % des électeurs se sont abstenus, et ceux qui ont voté ont majoritairement voulu rejeter les partis qui se sont partagé le pouvoir pour mener l’offensive depuis plus de trente ans. Une page est tournée. Ces élections illustrent s’il le fallait le caractère totalement antidémocratique de la Ve République mise en place par De Gaulle pour assurer la stabilité du pouvoir des capitalistes.

Pièce(s) jointe(s):
Télécharger ce fichier (tract-13 juin 17.pdf)version tract en pdf[ ]442 Ko

aff meeting legis17

bandeau 3 candidats SITEMacron entend donner le coup d’envoi d’une nouvelle offensive contre les travailleurs et les classes populaires. Ancien banquier d’affaire, ancien haut fonctionnaire, ancien ministre et père d'une loi dictée par le patronat, il a mis en place un gouvernement où se retrouvent d’anciens ministres de Chirac, Sarkozy et Hollande, d’anciens sénateurs et députés de tous les partis qui ont cohabité ou alterné au pouvoir depuis 30 ans. Tous sont unis dans la volonté d’amplifier l'offensive du grand patronat contre les travailleurs et la population.

Contre un gouvernement au service du grand patronat et des actionnaires

Leur programme est clair : ensemble, ils entendent accentuer la destruction des droits sociaux et démocratiques, la liquidation des services publics, la généralisation de la précarité et de la flexibilité, les licenciements et le chômage. Alors que nombre d’entreprises licencient ou ferment, que des postes sont supprimés par dizaines de milliers dans la Fonction publique et que le chômage est au plus haut, ils veulent s’en prendre à l’assurance chômage, faciliter les radiations et changer le mode de financement en augmentant la CSG, y compris pour les retraites à partir de 1200 euros.

Macron a annoncé qu’il veut gouverner par ordonnances, la même méthode de passage en force que le 49-3 utilisé par Valls pour imposer la loi travail et les lois Macron face à l’opposition d’une large fraction de la population et la mobilisation de centaines de milliers de jeunes et de travailleurs. Et il voudrait aujourd’hui que les électrices et électeurs lui donnent une majorité pour lui permettre de faire ce que dicte le patronat !

Face à tou-te-s les candidat-e-s qui, quelle que soit l’étiquette, défendent une politique dans la continuité de toutes celles menées jusqu’ici, faisons entendre notre révolte, notre  refus de voir nos vies écrasées par leurs profits !

macron webMacron vient donc d’être intronisé Président. Il été élu avec plus de 66 % des suffrages exprimés, reléguant Le Pen loin de ce qu’elle et le FN espéraient. Le Pen a obtenu 10,6 millions de suffrages, un chiffre qui ne peut qu’inquiéter, mais néanmoins nettement inférieur aux 16,17 millions d’électeurs qui ont refusé de participer à la mascarade de ce second tour. Malgré les appels de tous bords à se soumettre au jeu des institutions, 25,38% des électeurs ne sont pas allé voter, et parmi ceux qui se sont déplacés, 11,49 % ont voté blanc ou nul, un record sous la 5ème république ! Des chiffres qui sont bien plus élevés encore parmi les classes populaires et la jeunesse, sans compter les millions de personnes privées du droit de vote et ceux qui ont fait le choix de ne pas s’inscrire.

Samedi 20 mai, 14h00, local du NPA33

L'échec de la vague révolutionnaire des années 1920 et la contre révolution stalinienne

Lénine meetingC'est sur ce thème que nous terminerons notre cycle de 3 réunions-débat organisées à l'occasion des cents ans de la Révolution russe de 1917.

Nous tenons évidemment d’abord à remercier les électeurs et électrices qui ont choisi de voter pour nous. Par ce vote, ils et elles ont voulu exprimer le rejet d’un système de politiciens professionnels qui sont souvent corrompus et qui permettent que, dans ce pays, continue, de fait, à s’exercer le pouvoir des capitalistes et des banquiers. Ils et elles ont voulu affirmer que le changement se fera par les mobilisations et la rupture avec ce système.

Cette campagne a témoigné du gouffre qui sépare de plus en plus la population d’un système politique qui ne nous représente pas et qui, fondamentalement, ne prend pas en compte nos conditions de vie, pire qui les aggrave année après année... Tous ces politiciens représentent de moins en moins d’électeurs, notamment dans les quartiers populaires.

L'élément inédit de ce premier tour est l’absence au second tour des candidats du PS et et des Républicains. C’est le signe d’une grande crise politique que les deux partis qui ont gouverné le pays depuis 60 ans soient ainsi éliminés. Mais la présence au second tour de Marine Le Pen et d’Emmanuel Macron n’est pas une bonne nouvelle, et encore moins une rupture avec tout ce que nous subissons depuis des décennies.

Samedi 22 avril, à partir de 14h

La révolution de 1917 et le premier pouvoir démocratique de la classe ouvrière

au local du NPA33, 99 rue Camille Sauvageau, Bordeaux

revo russeNous poursuivons notre série de trois débats sur les cents ans de la révolution russe de 1917. Le samedi 1er avril, nous avons discuté des prémisses de cette révolution, sur le thème : La révolution de 1905, quelle révolution pour la classe ouvrière moderne? Un troisième débat portera sur L'échec de la vague révolutionnaire des années 20 et la contre révolution stalinienne, le samedi 20 mai à 14h.

 

REUNIONS PUBLIQUES de soutien à la candidature de Philippe Poutou :

BORDEAUX - Jeudi 20 avril - 19h30 - local du NPA33, 99 rue Camille Sauvageau

 

clip campagne1

Voir/revoir le premier clip de campagne

une atk72La grève générale continue en Guyane. Le gouvernement français a refusé lundi les nouvelles exigences du collectif « Pou Lagwiyann dékolé » qui après avoir refusé la promesse dérisoire de crédits d’un milliard d’euros sur plusieurs années, réclame aujourd’hui 2,5 milliards « tout de suite » pour rattraper le retard scandaleux que connaissent entre autres la santé et l’éducation. Cazeneuve a eu le culot de juger ces demandes « irréalistes » et a justifié hypocritement son refus par le changement de gouvernement prochain. Il avait déjà fallu des semaines de mobilisation dont une de grève générale, le blocage des ports, des aéroports et du centre spatial de Kourou, des manifestations qui ont rassemblé près de 10 % de la population pour que le gouvernement se résigne à négocier. Devant la détermination du mouvement, la ministre de l’Outre-Mer avait dû présenter officiellement ses excuses au « peuple guyanais » et le gouvernement promettre des crédits qui sont loin de faire le compte au regard de l’abandon dans lequel l’État français a laissé ce territoire sur lequel il impose sa domination coloniale.

une atk72La grève générale, la révolte ouvrière et populaire contre la misère et les injustices de tous ordres se sont invités dans la campagne à un mois du premier tour.

A des milliers de kilomètres d’ici sur le continent sud américain, la Guyane, ancienne colonie et aujourd’hui « région française », illustre les profondes inégalités et la misère qui ravagent la société.

Alors qu’à Kourou, l’Etat français fait décoller à grands renforts de milliards les fusées Ariane, des bijoux de technologie, symboles de prouesses scientifiques, humaines, de défis extraordinaires… 30 % de la population guyanaise n’a pas accès à l’eau potable ou à l’électricité. Les services publics sont délabrés, dont l’éducation et la santé. 22 % de la population est au chômage, près de 50 % des jeunes.

Face à la révolte, à un profond sentiment d’injustice, au refus de l’insupportable, le gouvernement a répondu par le mépris, exigeant le retour au calme pour « dialoguer ». Mais après plusieurs semaines de mobilisations, de blocages routiers, de grèves (dont celle des salariés du centre spatial qui ont empêché le lancement de satellites par Ariane), la grève générale a imposé au centre de la campagne la révolte et les exigences des classes populaires guyanaises.