REUNIONS PUBLIQUES de soutien à la candidature de Philippe Poutou :

BORDEAUX - Jeudi 20 avril - 19h30 - local du NPA33, 99 rue Camille Sauvageau

 

clip campagne1

Voir/revoir le premier clip de campagne

Le simple fait que Philippe Poutou, ouvrier, candidat anticapitaliste, vienne dire leur vérité à Le Pen et Fillon lors du débat télévisé, a créé une onde de choc. Un instant rare où la voix de ceux qui n'y ont jamais accès a porté, suscitant des milliers de messages de sympathie et d’encouragement sur les réseaux sociaux, des dizaines d’articles dans la presse nationale et internationale.

En plus d’avoir osé s’en prendre à ce petit monde de politiciens persuadés que tout leur est permis et qui crient au harcèlement politique dès que l’on ose leur demander des comptes, Philippe a placé le débat sur le terrain social, mis en évidence le clivage réel qui divise notre société.

Clivage entre la classe de celles et ceux qui, à l’image des classes populaires de Guyane, n’ont pas d’autre solution, pour mettre fin à la misère et aux injustices sociales qui les frappent, que de se mettre en grève, d’imposer le respect de leurs exigences par leur mobilisation et leur solidarité.

Et celle de ces milliardaires dont on vient d’apprendre que leur fortune globale, à l’échelle mondiale, atteint 7 670 milliards de dollars et que la France en compte 39. Cela alors que les 20 plus grandes banques européennes réalisent 25 % de leur bénéfice dans un paradis fiscal, qu’en France, l’évasion fiscale organisée par les banques coûte entre 60 et 80 milliards d’euros…

Ces milliards qui s’accumulent dans les coffres d’une minorité se nourrissent de la misère, des reculs sociaux qui frappent les milieux populaires, les classes laborieuses, les peuples les plus pauvres. Toute la vie sociale est dominée par la lutte des classes dans laquelle les riches, les classes dominantes ont l’initiative, servies par des gouvernements aux ordres. Ces mêmes gouvernements dont l’ensemble des candidats à la présidentielle, sauf Nathalie Artaud et Philippe Poutou, se disputent la présidence pour les cinq années à venir…

Face à l’accélération de la crise, à l’intensification de la violence sociale, la candidature de Philippe porte se place sur un tout autre terrain. Celui qu’occupent aujourd’hui les travailleurs et la population de Guyane, la perspective de la transformation de la société par les travailleur-se-s, la jeunesse, l’ensemble des classes populaires à travers leurs propres mobilisations, sur le terrain de la lutte de classe, pour imposer leurs exigences sociales et démocratiques.

Voter pour Philippe Poutou, ce sera dire haut et fort que « Nos vies valent plus que leurs profits », ce sera affirmer la nécessité pour le monde du travail, la jeunesse, de prendre nos affaires en main, de faire de la politique en contestant sur tous les terrains ceux qui aujourd’hui mènent le monde à la faillite.

Contre le monde des privilèges et des riches,

Faisons-nous entendre,

Votons pour l'un d'entre nous,

Votons Philippe Poutou, ouvrier candidat anticapitaliste