image001Jeudi 8 janvier, un infirmier anesthésiste du SMUR, militant de Sud Santé et animateur de la grève à Pellegrin, est convoqué à un entretien disciplinaire pour non prise de service. En plein conflit social, la Direction a « assigné » ce salarié par simple passage d’huissier à son domicile après 16h, pour une embauche prévue le jour même à 20 h… C’est une véritable atteinte au droit de grève !

Vendredi 9 janvier, trois militants syndicaux de Sud PTT de la Plateforme Colis de Bègles, passent en commission de discipline à Mériadeck, au motif d’avoir fait rentrer une bouteille d’alcool… sans la moindre preuve, ni témoignage précis contre les trois salariés incriminés. En fait, la Direction a monté une affaire de toute pièce pour se débarrasser de militants syndicaux, les convoquant d’emblée à des entretiens préalables à licenciement. Vu le peu d’éléments en sa possession, elle parle maintenant de sanctions de 3 mois de mise à pied pour chacun des agents. C’est inacceptable, ces salariés sont menacés de très lourdes sanctions pour des faits qu’ils n’ont pas commis... C’est un véritable acharnement de la part de la direction !

Le NPA 33 dénonce cette répression contre des militants syndicaux, destinée à intimider et à menacer l’ensemble des salariés. Il y en a assez de ces méthodes de « management » de plus en plus brutales, encouragées par le gouvernement et son Etat d’urgence permanent.

Pour manifester notre solidarité, nous nous joignons aux deux rassemblements : 

Jeudi 8 février, 11h à la direction du CHU (rue Dubernat à Talence) à l’appel de Sud Santé


Vendredi 9 février, 14h devant la direction de la Poste à Bordeaux Mériadeck à l’appel de Sud PTT