manu-2-politic-generale-302Décidément pour Hollande, rien ne va plus. Le secrétaire de l’Élysée, Jouyet, serviteur et néanmoins ami du Président, vient d'être pris en flagrant délit de mensonge. il a confirmé, après avoir dit l'inverse, que Fillon lui avait bien demandé de faire en sorte que la justice accélère les procédures contre Sarkozy. Qu'est-ce qui est vrai ou faux dans cette affaire, au final peu importe qui a manipulé qui, contre qui et au service de qui... Droite ou gauche, tout ce petit monde des affairistes de la politique se battent entre eux portés par leurs ambitions qui ne connaissent pas plus de limites que les profits des capitalistes qu'ils servent. Jouyet fut ministre de Fillon sous Sarkozy adversaire, paraît-il, de la politique de Hollande, politique que maintenant il met en œuvre tout en préservant ses liens avec Fillon...

Leurs petites manœuvres et manipulations ne sont que la mousse d'un scandale d’État permanent, le scandale d'une machine à tromper la population.

La tromperie comme politique

Quand Hollande pendant deux heures à la télé nous explique que c'est notre intérêt de faire des sacrifices alors qu'il continue à subventionner le patronat à fond perdus en accentuant la baisse des cotisations sociales sans augmenter les impôts des plus favorisés, il ment. De même quand il prétend inverser la courbe du chômage et plus généralement quand il prétend faire une autre politique que Sarkozy. Il ment comme le ministre de l'Intérieur, Cazeneuve, a menti quand il a caché la vérité sur la mort de Rémi Fraisse, victime de la violence policière et de la politique délibérée du gouvernement contre les opposants au projet à la fois nuisible et illégal du barrage de Sivens. Comme Valls a menti quand il l'a couvert ce dernier à l'Assemblé nationale.

Le mensonge et la tromperie sont au cœur de leurs discours parce qu'ils prétendent défendre l'intérêt général alors qu'ils servent les intérêts de la minorité capitalistes qui détient les rênes de l'économie et... du pouvoir.

Mensonge et démagogie contre la population

C'est cette politique qui provoque la désespérance sociale et qui fait le lit de l'extrême-droite et permet aux démagogues du FN de poser aux défenseurs du peuple alors qu'eux aussi ne cherchent qu'à défendre les intérêts des classes privilégiées auxquelles ils appartiennent. Marine Le Pen ment avec cynisme quand elle explique que le repli sur les frontières nationales protégerait les travailleurs, les classes populaires.

Un tel repli ne ferait qu'accentuer la pression sur les salaires pour baisser le coût du travail, être compétitif. Ce serait pire que ce qu'a fait Sarkozy, que ce que fait Hollande aujourd'hui.

Notre réponse, la mobilisation

Nous organiser, nous mobiliser en ne comptant pas plus sur le FN que sur la gauche ou la droite pour nous sortir d'affaires, défendre nos propres intérêts en prenant en main nos organisations, nos syndicats, en faisant de la politique, notre politique, est la seule issue.

La mobilisation nationale du 15 novembre contre ce gouvernement, contre l'ensemble de sa politique d'austérité et policière, raciste et guerrière est une occasion de dire notre colère, d'affirmer que nous voulons changer les choses.

C'est une étape dans la contre-offensive du monde du travail et de la jeunesse.