précaritéLe 4 novembre dernier, un appel national à rassemblement devant chaque inspection académique a été lancé par une intersyndicale de l'éducation afin de dénoncer le sort réservé aux personnels précaires pauvres de l'éducation nationale : les accompagnants d'élèves porteurs de handicap (AESH ou AVS ) et les personnels administratifs dans les écoles ( EVS).

À cette occasion sur Bordeaux, FO et SUD Education sont venus rejoindre les rangs formés habituellement sur cette question par le Snuipp et la Cgt Educ'action. Nous nous sommes retrouvés donc à plus de 70 personnes (dont 50 AVS , AESH ou EVS ) pour montrer une fois de plus que les précaires pauvres de l'éducation nationale ne sont pas des esclaves modernes, que nous voulons nous battre pour notre dignité et que nous pouvons gagner des petites victoires.

Après les déclarations des diverses organisations notamment marquées par un soutien aux salariés menacés de licenciement d'Air France, une délégation a été reçue par des hauts responsables du ministère. Quelle ne fut pas notre surprise d'apprendre qu'une partie d'entre nous, les personnels en contrat aidé, étaient des privilégiés ! Oui, les personnes au chômage depuis plus d'un an ayant eu la chance de retrouver un travail payé 650€ pour une durée maximale de 2 ans, seraient des nantis car ils auraient droit à toutes les vacances scolaires... Cela pourrait paraître normal, quand son travail est d'accompagner les élèves en classe ou de faire la gestion administrative d'une école, d'être en vacances quand les écoles sont fermées ou bien quand les élèves sont eux même en vacances. Que nenni mon ami, il est bien fini le temps béni de la socialie !

Le ministère de l'éducation a tranché. Il faut faire des économies et même les précaires pauvres doivent participer à cet effort national. Les hauts fonctionnaires zélés de Bordeaux nous ont donc bien expliqué qu'il n'était pas normal que ces personnels aient ces avantages. Dans leur grande gentillesse et magnanimité la direction du rectorat nous a donc certifié que les personnels précaires n'auront pas à garder les murs des écoles fermées pendant les vacances mais ils devront travailler plus pour pouvoir bénéficier de leur droit aux congés scolaires. C'est mieux (ou pire plutôt) que Sarkozy !!!

Les personnels précaires pauvres de l'éducation devront travailler 30% de temps en plus soit plus de 6 heures par semaine. Une nouvelle bataille sociale commence donc pour les précaires pauvres de l'éducation nationale. Nous aurons besoin de l'aide de tous les camarades disponibles pour contester et empêcher cette énorme régression sociale. Ainsi un appel à rassemblement aura lieu courant janvier. Vous y êtes déjà tous conviés.

Bixente