grève 2La réforme du collège est rejetée massivement par les enseignants parce que, en plus d’accroître leur charge de travail, elle ne peut qu’aggraver les inégalités en accordant davantage d’autonomie aux directions d’établissement. Qu’importe ! Le gouvernement a décidé le passage en force et organise à partir de ce mois-ci des journées de formations par discipline où les collègues convoqués vont se retrouver face à leurs inspecteurs pédagogiques chargés de psalmodier la bonne parole.

Le hic, c’est que même les inspecteurs, pourtant dans leur majorité à la pointe du combat pour la réforme, semblent s’inquiéter des modalités de sa mise en œuvre. Dans une lettre de leur syndicat (le SIA) à la ministre Vallaud-Belkacem, ils alertent sur « le risque de voir cette réforme être l’otage (sic !) d’un mécontentement et d’un malaise du monde enseignant (…) Plus nous entrons de manière concrète dans le vif du sujet, plus nous nous engageons dans les détails pratiques d’application et plus nous prenons conscience de la charge de travail qui sera exigée des enseignants »1. Au vu de ce climat pour le moins tendu, le syndicat des inspecteurs demande à la ministre « de réinterroger la mise en œuvre de cette réforme. » Sans blague ! Si même les cadres zélés du ministère commencent à se poser des questions, c’est peut-être bien qu’il y a un vrai problème, et non des moindres : celui de l’application pratique et concrète de cette usine à gaz, indépendamment même de l’orientation libérale de leur projet.

Raison de plus pour maintenir la pression face aux inspecteurs pendant les formations en exprimant clairement notre opposition, mais aussi face aux chefs d’établissements dans les conseils d’administration en refusant les dotations horaires ; et bien sûr dans la rue face au gouvernement lors de la journée de grève du 26 janvier. Si la mobilisation s’amplifie, la perspective d’un recul du gouvernement est possible. A nous d’imposer d’autres choix pour une autre école, porteuse d’émancipation et libérée du carcan libéral.

[1] http://www.syndicat-ia.fr/actualites/2015/2015_12_13_lettreouverte_ministre_reformeclg.pdf

Patrick