Leader PriceLes salariés de ce Leader Price, ex Mutant, ont fait 6 se­maines de grève (dont 5 en grève totale) face aux dété­riorations subies depuis le rachat de leur magasin : heu­res supplémentaires non payées, absence de contrats pour les CDD, manque d’effectifs, conditions de travail et d'hygiène dégradées, li­cenciement de l'ancien responsa­ble… le magasin était devenu une vraie zone de non droit du travail.

Pour augmenter la pression sur Leader Price (et sur le groupe Casino(1) qui est derrière), ils se sont adressés à la population, à la presse, sont allés rendre visite à d'autres magasins et ont saisi toutes les occasions de faire parler de leur lutte. Ils ont organisé une manifestation dans le quartier jusqu’à leur magasin. La solidarité a joué pour relayer leur lutte, parmi le réseau militant de différentes entreprises (militants de la CGT, de Solidaires, du NPA, du PCF, etc.) et parmi les habitants du quartier, nombreux à les soutenir.

A quelques-uns, les salariés de Leader Price ont obligé l'inspection du travail à intervenir et à demander des comptes au patron. Le 5 mai, face à la médiatisation gagnée par leur bagarre, la direction a cédé. Les salariés, qui ne voulaient plus revenir dans le magasin, ont pu obtenir dans leur rupture conventionnelle la prise en compte et le paiement de toutes les heures supplémentaires, des repos compensateurs et la requalification des CDD en CDI, en plus de leurs indemnités.

Face à l'offensive des patrons et du gouvernement, leur bagarre vient rappeler que par nos luttes, par le rapport de force et la solidarité, on peut changer les choses !

(1) Leader Price est un montage de SARL de 2 à 5 magasins, avec des gérants qui sont en fait des hommes de paille… Mais derrière, on trouve le groupe Casino qui apporte les fonds et qui n'est jamais inquiété des irrégularités !

 (Extrait du bulletin NPA inter-entreprises Pessac Cestas) – 11/05/2015