manif bdx 08 12

municipales

19 10 12 fete

anticap revo

vignette jkmarx

Période de congés ou pas, les attaques contre le monde du travail ne marquent pas de pause… et les luttes non plus !

Après le mouvement des gilets jaunes, loin d’être fini, une nouvelle phase des mobilisations est en route. Luttes dans la santé avec la grève des Urgences, contre les licenciements à General Electric à Belfort, Ford, New Look, Conforama… , contre les restructurations à la Poste, ou encore dans l’éducation avec la grève de la surveillance du bac ou du brevet, et de la correction des copies… où on voit comment le gouvernement méprise tout autant les élèves que les enseignants !

Un ras-le-bol global

Ces luttes, comme celles des Gilets jaunes et de la jeunesse, expriment un ras-le-bol global, la volonté de ne plus subir, de faire respecter nos conditions de travail et de vie, de refuser leur dégradation incessante, la remise en cause de tous les droits, la destruction des services publics.

Ces luttes trouvent un écho et un soutien très large dans la population, à l’image de la grève des Urgences soutenue par 92 % des sondés…

C’est un encouragement pour tous les travailleurs, du public comme du privé, jeunes ou moins jeunes, salariés de la santé, de l’industrie, du commerce, des services publics, avec ou sans emploi, mais aussi retraités et étudiants pour faire valoir nos droits, exiger que les richesses de la société servent aux intérêts généraux et non à enrichir une poignée de parasites milliardaires.

Vers un acte II des mobilisations

L’Acte II du quinquennat et de la politique de Macron est en route : la continuation et l’accélération des attaques pour le plus grand bonheur du Cac 40 et de la finance…

Le gouvernement veut passer la retraite à 64 ans pour pouvoir partir sans décote, prolonger la durée des cotisations à 44 ans en accélérant la loi votée sous Hollande... Il veut non seulement imposer à ceux qui ont un travail d’être exploités plus longtemps, quel qu’en soit le coût pour leur santé, mais aussi une nouvelle baisse des pensions de ceux qui ne pourront pas… tandis que les jeunes, eux, trouveront encore moins d’emplois.

Les nouvelles mesures contre les chômeurs vont avoir des conséquences dramatiques : un document confidentiel de l’Unedic estime à environ 500 000 le nombre de personnes dont l’ouverture du droit à indemnisation serait retardée ou annulée à partir d'avril 2020 !

Quant à la Sécurité sociale, elle devrait subir une nouvelle coupe de 2 milliards d’euros d’ici 2020, et de nouvelles suppressions de postes sont programmées partout dans les services publics.

Le seul coup d’arrêt ne peut venir que de nos mobilisations pour s’opposer aux attaques et exiger l’arrêt des licenciements, de la précarité, le partage du travail entre tous et des augmentations de salaires pour tous !

Ces exigences remettent en cause la société, la domination d’une poignée de financiers et de capitalistes prêts à tout pour défendre leur droit d’exploiter, d’amasser des milliards de profits en intensifiant en permanence l’exploitation, en jetant des travailleurs à la rue, en provoquant une catastrophe écologique !

L’acte II des mobilisations est en cours. Face à la fuite en avant des capitalistes, il est urgent que le monde du travail, la jeunesse, nous imposions ensemble une toute autre perspective pour répondre aux besoins collectifs. Cela pose la question de la nécessité de la prise en main démocratique par la population, les travailleurs de l’économie et de la marche de l’ensemble de la société !

autres sites

la breche

photoheque rouge