manif bdx 08 12

ema nos vies

souscription2019

anticap revo

Sans titre 1

Le dernier rapport de l’ONG Oxfam est une nouvelle dénonciation du pillage capitaliste : 2153 milliardaires dans le monde accaparent la richesse produite par des centaines de millions de travailleurs, au point de posséder à elles seules plus que 60% de la population mondiale (4,6 milliards de personnes) !

Et ici aussi… où 7 milliardaires possèdent autant que 30% de la population de tout le pays. Pour Bernard Arnault, patron de LVMH, c’est plus de 100 milliards…

Pour le CAC40, 2019 a été la meilleure année boursière depuis 20 ans, + 26,37% sur un an ! En 2019, les 40 premières entreprises françaises ont distribué près de 50 milliards de dividendes… l’équivalent du budget annuel de l’Education !

Et c’est pour servir cette grande bourgeoisie financière et industrielle qui pille le travail et détruit l'environnement que Macron et sa bande cassent tous les droits des travailleurs et des classes populaires. La loi sur les retraites n’a pas d’autres objectifs : diminuer la part des richesses allant aux retraités, pour qu’une partie se tourne vers les fonds de pension financiers comme BlackRock, et pour que l’argent public serve à alimenter la finance.

C’est cette logique que conteste la mobilisation massive contre la casse des retraites.

Contre la casse des retraites, une contestation globale

Depuis plus d’un mois et demi, nous sommes des centaines de milliers de salariés, chômeurs, étudiants, retraités, lycéens, syndiqués ou non, gilets jaunes, à nous mobiliser contre cette politique. Grève, manifestations, blocages, opérations coup de poings, diffusion de tracts, caisses de grève… les initiatives se multiplient. Partout, des collectifs interpro réunissent les militants de la lutte, discutent et décident de leurs actions, et donnent sa force au mouvement.

La contestation est soutenue majoritairement par l’opinion. Des professions libérales s’y rallient, comme les avocats et les médecins hospitaliers.

Dans l’éducation, la contestation vise aussi le nouveau bac avec les « E3C ». Les blocages de lycée se multiplient contre ce contrôle continu dont la seule motivation est de faire des économies, sur le dos d’élèves mal préparés et de profs surchargés de boulot.

Provocation et répression

Le pouvoir répond par le mensonge et les provocations. Ils iront jusqu’au bout, et ils en rajoutent : refus de tout "coup de pouce" du SMIC, gel du salaire des fonctionnaires jusqu’en 2022, baisse du livret A, casse du statut des enseignants…

Macron ne compte que sur le rapport de forces et la répression pour nous faire plier… jusqu’à envoyer des CRS devant et dans les lycées pour faire passer les E3C.

Mais la brutalité du pouvoir n’entame pas la détermination de ceux qui se battent, quelles que soient les difficultés. Tout le monde mesure que la lutte que nous avons engagée, dans la foulée de celle des Gilets jaunes, porte la contestation de toute la société, du système capitaliste, et qu’au-delà des retraites, c’est l’avenir du monde du travail, de la jeunesse qui est en jeu !

« Pour l’honneur des travailleurs et pour un monde meilleur ! »

Macron et ses commanditaires ne peuvent masquer leur crainte des travailleurs en lutte, s’organisant eux-mêmes, se coordonnant d’une entreprise à l’autre pour exiger leur dû.  

Quand les travailleurs font grève, ni les trains, les métros, les bus ou les camions… ni les usines, les services, les lycées, les hôpitaux ne fonctionnent … même pas l’Opéra ou les tribunaux ! C’est notre travail qui fait tout fonctionner !

Vendredi 24 sera un nouveau temps fort de la lutte. Soyons nombreux à 11h30 place de la République

La bataille est loin d’être terminée. Dans le prolongement de la lutte des Gilets jaunes, c’est une lutte pour exiger notre dû, pour que les travailleurs, les classes populaires, puissent disposer elles-mêmes des richesses qu’elles créent. C’est une lutte pour la justice sociale et pour la démocratie.

Le NPA vous invite à débattre de la situation, de quelles perspectives pour le mouvement, à sa réunion publique du jeudi 30 janvier, à 20h, salle Victor Hugo à Cenon.

Mercredi 22 janvier 2020

autres sites

la breche

photoheque rouge