acturevo1

ema nos vies

souscrip.2020

anticap revo

Déploiement policier2Jeudi 11 à 6h la préfète de Gironde Fabienne Buccio a fait donner les forces de l'ordre pour expulser le squat de la zone libre de Cenon.

300 personnes avec et sans papiers, dont 110 enfants se retrouvent à la rue sans solution de relogement pérenne. Quelques propositions de nuits d'hôtel, à Bordeaux, Limoges ou Angoulême ont été faites à des familles qui pour la plupart travaillent à Bordeaux, ont des enfants scolarisés.

Un lieu de vie s'était organisé depuis novembre 2019, collectif, autogéré, soutenu par des associations et des bénévoles. La préfète, connue pour ses faits d'armes contre les migrant.e.s, en particulier le démantèlement de la jungle de Calais remet ces familles à la rue en pleine trêve hivernale, crise du covid, couvre-feu...

Depuis des mois, elle refuse de recevoir les organisations de soutien. Aucune enquête sociale n'a eu lieu, malgré ses promesses. Aujourd'hui elle envoie sa directrice de cabinet sur la zone annoncer du relogement... des nuits d'hôtel à plus de cent kilomètres, ou rien du tout !

Plus de 200 soutiens étaient présents dès 6 h, militants associatifs, politiques, syndicalistes..., dont de nombreux camarades du NPA.

Une cinquantaine de famille à la rue et leurs soutiens se sont alors rendus au centre de Bordeaux pour chercher refuge dans la cathédrale Saint-André, dont l'évêque a refusé l'entrée aux familles et aux enfants.

La mairie de Bordeaux a en urgence ouvert une salle pour la journée... mais pas pour la nuit. 20 000 logements sont inoccupés sur la Métropole bordelaise, qui peuvent être réquisitionnés sur le champ !

Après les solutions d'urgence, la lutte continue pour des solutions pérennes de vie, de logement, de scolarité, et pour des papiers pour toutes et tous, la liberté de circulation et d'installation.

Christine (élue NPA à Cenon)

L'expulsion en vidéo :

Communiqué du NPA33.

 

 

la breche