acturevo1

ema nos vies

souscrip.2020

anticap revo

La direction du NPA 33 tient à apporter un rectificatif : contrairement à ce qu’a écrit sur son site le journal Sud-Ouest dans un article daté du 17 mars 2021, Clémence Guetté ne sera pas tête de liste LFI-NPA. Il n’y a aucun accord entre le NPA Nouvelle Aquitaine et la LFI, pas plus qu’entre la direction nationale du NPA et LFI. Si accord il y a, c’est avec un groupe de militant.es du NPA, en leur seul nom, et il n’engage qu’eux.

Nous regrettons un tel accord car il va à l’encontre de la clarté politique nécessaire en ces temps de grande confusion. Si nous partageons des combats sur le terrain social avec des militant.es membres ou proches de LFI, nos divergences politiques, sur notre rapport aux institutions est connu.

Comme le rappelle l’article de Sud-Ouest, Clémence Guetté fait partie, depuis plusieurs années « de la garde très rapprochée de Jean-Luc Mélenchon » et « occupe d’ailleurs le poste stratégique de secrétaire générale du groupe LFI à l’Assemblée nationale ». Nous rajouterons qu’elle a également été nommée « Responsable du programme de la France insoumise ».

LFI inscrit les Régionales dans son agenda institutionnel dont le prolongement est la candidature à la Présidentielle de Jean-Luc Mélenchon, et le choix de Clémence Guetté comme tête de liste en Nouvelle Aquitaine est un signe « fort ».

Après avoir échoué dans sa recherche d’un accord national avec EELV, qui a refusé, LFI a fait le choix, dans toutes les régions, de listes « d’union » en s’adaptant aux possibilités locales en fonction des rapports de forces et des opportunités, avec comme objectif d’obtenir des élus dans les conseils régionaux, ce à quoi elle n’a rencontré que peu de succès en 2015.

« Il est possible selon nous d’agir avec toutes celles et ceux qui inscrivent leur action dans une opposition claire au gouvernement et rejettent les politiques anti-sociale et anti écologique du néolibéralisme » disait le texte définissant la démarche de LFI en septembre dernier. La pratique concrète illustre ce que recouvrent les mots : les accords passés par LFI vont, en fonction des régions, de listes regroupant toute la « gauche » institutionnelle comme dans les Hauts de France où un accord a été trouvé entre le PS, EELV, le PCF et LFI, à une liste avec un groupe de militants du NPA en Nouvelle Aquitaine, en passant par des cas de figures divers et variés.

Le monde du travail a payé assez cher dans le passé, et aujourd’hui encore, l’opportunisme institutionnel d’une gauche qui, une fois au gouvernement, ne respecte même pas le peu qu’elle a promis.

Nous pensons pour notre part que l’heure est à la plus grande clarté et la plus grande indépendance vis-à-vis de tous les partis qui ont porté, hier au gouvernement et-ou aujourd’hui dans de nombreux exécutifs régionaux, départementaux ou municipaux, des politiques libérales, anti-sociales, anti-ouvrières.

Nous pensons que l’heure est plus que jamais au regroupement des anticapitalistes révolutionnaires, en toute indépendance des politiques institutionnelles, ce qui n’empêche nullement notre recherche permanente de l’unité la plus large possible sur le terrain des mobilisations et des luttes.

A Bordeaux, le 18 mars 2021

Le comité d’animation élu du NPA33

la breche