manif bdx 08 12

ema nos vies

souscription2019

anticap revo

Sans titre 1

Jeudi dernier, en revenant de Pessac Bersol, je fus étonné de voir le Jardiland de Villenave d’Ornon ouvert.

De retour chez moi, j’appelle ma pépiniériste se situant à Sainte Eulalie pour lui demander s’il était ouvert. Elle m’a répondu qu’il avait le droit de travailler à l’intérieur mais pas de vendre, et que le Bati Jardi Leclerc situé à 800 mètres de leur établissement était ouvert : une aberration.

La pépinière de Loume, pour ne pas la citer, est une petite entreprise familiale depuis 3 générations qui fait de très bons produits. C’est eux-mêmes qui font leurs semis (tomates, courgettes, melons, fraisiers, géraniums, etc.) pour les vendre par la suite, bref, que du local ; ils ont l’amour de leur travail et que du bon produit qui ne pousse pas à la va-vite dans des serres industrielles bourrées d’engrais.

Alors, pourquoi Leclerc peut vendre les mêmes produits que cette petite entreprise et cette même petite pépinière doit rester fermée à la vente ???

La gendarmerie lui a répondu que Leclerc, c’était du multi service et Jardiland, parce qu’il vendait de la nourriture pour animaux.

Et la petite entreprise ne vend pas de la future nourriture plus saine que les grandes surfaces ?

Une illustration que ce n’est pas l’intérêt alimentaire, ni le travail de toutes petites entreprises qui compte mais les gros profits.

Un camarade Gilet jaune

autres sites

la breche

photoheque rouge