manif bdx 08 12

ema nos vies

souscription2019

anticap revo

vignette pandemie

Vidéo de l'introduction de Bruno Bajou sur youtube :

https://youtu.be/SCB13AR9CQc

 

Le socialiste Alain Rousset engage à l’échelle régionale la même politique que le gouvernement : mobiliser notre argent pour voler au secours des entreprises et préparer le « rebond économique » qui selon eux devrait suivre l’épidémie. Enfin, c’est ce qu’ils espèrent, car ils n’en savent rien.

Rousset a déjà débloqué 50 millions « et s’il faut monter à 100 millions, on le fera » dit-il.

Certes, cinq millions vont être utilisés pour la survie d’associations (culture, sport, formation…), mais ce sont de fait des structures qui assurent des missions de service public dont se sont débarrassés, depuis des décennies, l’Etat et les collectivités locales. C’est la moindre des choses que la Région intervienne, pour l’instant, sans qu’on sache en fait ce que deviendront les salariés de ces structures, qui sont nombreux à avoir des contrats précaires.

A la demande du gouvernement, vingt millions vont aller abonder le fonds national pour « sauver les petites entreprises » et dix millions pour garantir les prêts des entreprises, comme l’a promis le pouvoir.

Mais cela ne suffit pas à Rousset qui veut attribuer lui-même du capital à sa clientèle d’amis patrons. Les quinze derniers millions de l’enveloppe lui serviront à aider les entreprises locales… entre cinq et cinq cents salariés ! La fourchette est large… et prend le relais de l’aide d’Etat aux micro-entreprises. La mesure permettra à Rousset de soutenir une partie du patronat, lui qui depuis des décennies souhaite que les dirigeants locaux aient davantage de pouvoir dans le développement de l’industrie.

Autant d’argent public qui ne satisfera pas nos besoins immédiats, pour de prétendus effets sur l’emploi… Une politique menée depuis des décennies, nationalement et localement par toutes les majorités… et dont on connait les résultats, à Ford comme ailleurs !

François Minvielle

Folie spéculative - La Région Nouvelle Aquitaine a commandé 5 millions de masques en Chine. Le responsable du suivi de la commande confie ses inquiétudes à Sud-Ouest : « c’est le chaos… les

avions sont réquisitionnés au profit de certains Etats et de plus importants volumes… on doit se lancer et croiser les doigts. C’est un business très juteux, on n’est à l’abri de rien ».

Les masques ne sont pas devenus aussi précieux que l’or ou le pétrole, mais avec la pénurie, c’est la même folie du capitalisme qui provoque les mêmes mœurs : la concurrence, la spéculation, la loi du plus fort.

Pour en finir avec ces spéculateurs de la santé… réquisition et monopole de la production et de la distribution sous le contrôle des travailleurs !

Problèmes de riches – Gifi, Tati, Besson et d’autres encore… autant d’enseignes qui ont fait du lot-et-garonnais Philippe Ginestet une des trente plus grosses fortunes de France. Sud-Ouest évoque son confinement : « Un jet privé, un yacht, un chalet à Megève, une villa à Saint-Tropez, ou encore le château Lalande à Saint-Sylvestre-sur-Lot où il a monté son hôtel 4 étoiles, le Stelsia, au cœur d’un parc de 24 hectares avec le plus grand mini-golf d’Europe pour se divertir. Philippe Ginestet avait l’embarras du choix pour son lieu de confinement. Il a finalement opté pour leur ‘petite maison simple’ dans la cité de Pujols. ».

No comment, réquisition !

autres sites

la breche

photoheque rouge