vignette pellegrin

ema nos vies

souscrip.2020

anticap revo

Les salarié.e.s d’une soixantaine d’Ehpad appartenant au groupe Korian étaient en grève ce lundi 25 mai, par ailleurs jour d’ouverture des négociations autour du plan « Ségur ». Des rassemblements avaient lieu dans tout le pays. A Cenon, une quarantaine des cent cinquante salarié.e.s des Ehpad Hauterive et Château Lemoine ont participé à un rassemblement.

Parmi les exigences, au-delà du paiement de la prime Covid promise par le gouvernement dont personne n’a de nouvelles, le versement d’une prime de 1500 euros par leur direction et de véritables augmentations de salaires, 300 euros nets pour tous et une prime « grand âge » de 100 euros par mois, ainsi que des embauches pour pouvoir s’occuper dignement des personnes âgées.

Plus de 700 personnes âgées hébergées dans des établissements Korian dans le pays sont décédées du Covid ces dernières semaines. Personnes âgées, familles, personnels ont vécu des situations profondément éprouvantes, faisant face sans le matériel de protection minimum pendant longtemps.

La colère est grande face à la gestion de l’épidémie et la rapacité des actionnaires Korian. Ce géant français de « l’or gris », qui possède également nombre de cliniques, fait des profits éhontés sur la vieillesse et la maladie.

Lors des rassemblements devant les établissements, les personnels ont largement dénoncé les bas salaires, telle cette aide-soignante travaillant depuis 15 ans qui touche 1500 euros, ou d’autres salariés qui ont à peine le SMIC… Alors que le groupe facture autour de 3000 euros par mois la place en Ehpad, les personnels n’ont pas les moyens de s’occuper correctement des résidents. Le Covid n’a fait qu’aggraver une situation déjà insupportable depuis longtemps.

La direction avait annoncé son intention de verser une prime exceptionnelle de 1000 euros. Elle s’est finalement engagée à la porter à 1500 euros et à la verser en juillet à tous les personnels présents pendant la crise dans les Ehpad et les cliniques du groupe, quel que soit le métier. La preuve que la mobilisation paie. Mais c’est loin du compte. Rendez-vous a été pris pour le 16 juin, journée nationale intersyndicale de lutte des personnels de santé.

Isabelle Ufferte

autres sites

la breche

photoheque rouge