anticap revo

vignette ford 09 18

manif01

souscrip.2018

fete2

Réunion-débat du NPA 33 – 3 mars 2018 - Laurent Delage et François Minvielle


Peut-on changer le monde ? Alors que le capitalisme financier et industriel a imposé sa mainmise sur toute la planète, et que tous les Etats sont soumis aux volontés des multinationales, on peut avoir l’impression que la perspective d’une révolution pour une société socialiste et communiste est bien éloignée.

Mais cette domination du capital s’accompagne dans tous les domaines et dans tous les pays, d’injustices, de reculs sociaux, de menaces grandissantes, de situations de guerre. L’actualité le montre tous les jours, que ce soit par des attaques contre les salariés comme à Ford, le plan du gouvernement contre les cheminots, ou les affrontements guerriers qui ont fait des dizaines de morts au Burkina Faso lors des attentats du 2 mars ou la guerre permanente qui frappe les populations en Syrie depuis des années.

russierevo

A l’occasion de son centenaire, nous revenons sur la Révolution russe de 1917 parce que pour la première fois dans l’Histoire, une mobilisation ouvrière d’ampleur réussissait à aller jusqu’au bout, jusqu’à la conquête du pouvoir, pour satisfaire les intérêts des classes populaires.

Un siècle après, cette expérience n’a toujours pas été digérée par les défenseurs du système capitaliste qui continuent de la combattre. Le Figaro Histoire titre « Quand Lénine inventait le totalitarisme » reprenant les préjugés les plus éculés. Un sociologue russe indépendant du pouvoir explique que « Le centenaire de la révolution doit permettre au Kremlin d’immuniser les Russes contre toute révolte »... Au moment où la mondialisation capitaliste vit dans la crainte d’une nouvelle crise financière généralisée, qui s’annonce plus brutale encore que celle de 2007-2008, évoquer « 1917, l’année où tout a basculé », comme le titre L’Obs, semble décidément toujours dangereux pour les classes dominantes.

autres sites

la breche

photoheque rouge