vignette iran

ema nos vies

MAGNA

anticap revo

L’union locale CGT de Mérignac a été taguée « traitres à notre peuple » signé du GUD, un groupuscule d’extrême droite puis, dans la nuit du jeudi 24 au vendredi 25 novembre, elle a été incendiée. Les pompiers alertés sont heureusement intervenus à temps. L'UL accueille des travailleurs qui luttent au quotidien, résistent aux attaques du gouvernement et du patronat dans les différentes entreprises du privé et du public. C’est clairement une attaque ciblée contre les travailleurs, avec volonté de détruire.

Le NPA exprime toute sa solidarité à l’union locale CGT et sera présent au rassemblement organisé le jeudi 1er décembre.

Aujourd’hui, les groupuscules d'extrême-droite se sentent pousser des ailes avec la présence de 89 députés RN à l’Assemblée. Ils prétendent parler au nom du peuple et ils attaquent des organisations des travailleur·se·s, des militant·e·s, des personnes d'origine étrangère ! Maintenant c’est la CGT, fin juin à Bordeaux, c’était des passants dans Saint-Michel, après une manif féministe et les locaux du Planning familial !

Ils sont du côté des patrons et de leur ordre. Ils veulent un Etat qui réprime ceux qui luttent et qui résistent. Leur politique prolonge celle de Macron : contre les travailleurs, les migrants, les classes populaires.

Face au nationalisme et à la démagogie raciste qui ont toujours servi à chercher à nous soumettre et à nous diviser, le monde du travail ne peut compter que sur sa solidarité pour se défendre. Quelles que soient nos origines, nos couleurs de peau, notre orientation sexuelle, avec ou sans religion, la seule issue face à cette offensive réactionnaire produit d’un capitalisme en décomposition, c’est notre lutte collective internationaliste pour débarrasser le monde de l’exploitation et de toutes les oppressions !

NPA 33, 29 novembre 2022

la breche